La nuit tend ses draps de velours sur le jour qui s'éteint.
L'heure fraîche descend en silence, se faufile sous la couette moelleuse.
C'est l'instant du premier baiser...

Bizoux

Voici le mien qui s'envole jusqu'à tes lèvres.
Je te cherche, du bout des doigts, fiévreux et impatient, mais tu es si loin!
Je suis là, assis sur la rive du fleuve, le coeur égaré dans les froides brumes de l’aube bleue, vaporeuses, légères... C’est la Loire qui se démaquille. La Loire amoureuse... Elle se met au lit, nue et fragile...

Je te devine, dans le satin de nos draps... Les yeux mi-clos.
Dors bien mon Ange, un sommeil fait de beaux rêves.
Je t'aime, et que cette nuit passe vite...
J’ai hâte de dévorer le matin à venir!