Faut-il attendre encore longtemps pour qu'une fois ébréchée sur le bord de ma vie, la nuit se perde dans les méandres de mes amours endormis? La solitude tend un rire moqueur sur le miroir de ce matin fatigué qui ne veut plus voir le jour.

Le bleu tremble, la lune aboie au coeur d'un cercle sans fard... Je lève à peine la tête et je sens sur mon visage les perles d'une pluie invisible...

Des arbres, plus loin, égarés dans la limite des vignes déjà nues, frémissent en un chuintement sans fin.

C'est le froid de la vie qui vient frapper à ma porte, il heurte sans compassion mes souvenirs qui me font mal encore aujourd'hui. Les ennemis invisibles sont les plus acharnés...

IMG_3305

Le papillon du rêve s'est évaporé au delà de la lumière blafarde de l'espoir...

Demain sera plus doux.