Il y a la sagesse qui s’aiguise à l’orée du doute,
Épuise ma paresse au bout de la route.
Je cours vers l’horizon indigo
Où s’allongent des brumes fines, éclaboussée de nuit.

nuit 2

Il y a le soleil de ton cœur qui retire ses sabots,
Attend le soir pour se glisser dans mon espoir.
Tu sais me bercer pour faire taire ma peur du noir.

nuit 1

Remontons la couverture en laine d’étoile
Pour recouvrir nos épaules sans voile
Avant que nos rêves ne se soient enfuis…