dimanche 22 juin 2008

Saumur en musique...

Le temps est à laisser glisser la musique jusqu'à la Loire.Le ciel s'arrange des derniers rayons de soleil pour mieux se fondre dans l'onde scintillante de l'eau Royale.L'air répand sa douceur dans nos cœurs.Nos mains moites s'assoupissent l'une dans l'autre... se balancent, se tiennent à peine, se reprennent de plus belle.Se faufilent dans mes songes des envies délicieuses... Saumur tremble en nous, ravissante et musicale.
Posté par letienne à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 21 juin 2008

C'est l'été!

La lumière chaude de ce matin de feu, touche à peine le ciel déjà bleu...Les ombres s'entortillent, charmantes et dociles, autour de nos cœurs en attente. L'été arrive, s'installe, enrubanné de reflets gavés d'espoir.
Posté par letienne à 11:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 18 juin 2008

Partir...

Des chefs comme toi Philippe, il n'en reste guère. Bonnes grandes vacances, et merci d'avoir travaillé avec nous. Partir, c’est un peu laisser un bout de soi même Sur une terre connue qui s’éloigne à peine… Partir, c’est réaliser un rêve sans chaîne Dans un demain à faire pétiller sans peine ! Bon vent Lamy régalec, le Roi des bouffis… La bouteille était trop petite pour tout y graver.
Posté par letienne à 11:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 17 juin 2008

Le temps de la nostalgie.

C'est un drôle de moment. C'est un instant dont la fragilité échappe aux imbéciles.Ce soir ce sera la fête, entre nous, autour de grillades...Être ensemble pour un impalpable repas fraternel: c'est bon de garder la lucidité de cimenter notre équipe. La nuit va descendre pour habiller de fraicheur une table qui pétille déjà.
Posté par letienne à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 15 juin 2008

La poésie...

    J'appelle poésie cet envers du temps, ces ténèbres aux yeux grands ouverts, ce domaine passionnel où je me perds, ce soleil nocturne, ce chant maudit aussi bien qui se meurt dans ma gorge où sonnent à la volée les cloches de provocation...    J'appelle poésie cette dénégation du jour, où les mots disent aussi bien le contraire de ce qu'il disent que la proclamation de l'interdit, l'aventure du sens ou du non-sens, ô paroles d'égarement qui êtes l'autre jour, la lumière noire des siècles, les yeux aveuglés... [Lire la suite]
Posté par letienne à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 12 juin 2008

Demain?

Du vent descend de la colline, porteur de pluie, porteur de doutes, porteur d'attente...Il glisse sur les vignes en éveil, étreint les fleurs qui guettent la chaleur pour s'épanouir.Le temps efficace prend de la distance sans effacer l'amer construction de la vie.    La nature émerveillée par cette valse aérienne, tisse sa toile verte comme un cocon heureux. Tout est beau, tout est lisse, tout est fragile. L'indulgence du promeneur lui fait fermer les yeux, respirer lentement... Il écoute les battements de son cœur, il... [Lire la suite]
Posté par letienne à 19:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 11 juin 2008

Le théâtre doit faire de la pensée le pain de la foule. Victor Hugo.
Posté par letienne à 21:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 4 juin 2008

Amitié, toute simple...

    Ce jour est un grand jour, attendu depuis longtemps... Car parfois, pour faire les choses il faut du temps, beaucoup de temps.    Sans la complicité appliquée de mon Frérot, le temps n'aurait rien fait tout seul.    Une escapade havraise, et voilà que le temps n'est plus rien face à l'amitié qui ne s'effrite pas d'un poil. 18 ans que nous ne nous étions pas vu, Thierry et moi, et bien les réflexes sont les mêmes. Tu n'as pas changé, et ne le fait surtout pas.    Bon sang, tu m"as... [Lire la suite]
Posté par letienne à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 30 mai 2008

Brumes brisées, cœur en chamade claire, soleil trop blanc... un matin plein de rosée.
Posté par letienne à 08:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 28 mai 2008

Regarde, tout est vert...

     Un frêle coin de verdure nous offre son assise blanche pour une halte fraîche. Nous y laissons se reposer nos journées quand elles pèsent sur nos épaules. J'y tiens ta main, j'y regarde tes yeux... et nous parlons de tout, de rien, du temps en écoutant le chant des oiseaux joyeux qui y ont élu domicile désormais.     C'est un bout de notre paradis, celui que nous avons construit jour après jour, en symbiose.     Tout ici nous ressemble!
Posté par letienne à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]